Les impératifs du redressement durable du secteur du transport aérien en Afrique

Les impératifs du redressement durable du secteur du transport aérien en Afrique

Message conjoint d’AFCAC AFRAA, ACI Afrique, CANSO, IATA et l’OMT à la neuvième édition des Assises de l’aviation de l’AFRAA, 18-19 mai 2021

AFCAC
AFRAA
ACI Africa
CANSO
IATA
UNWTO

L’Afrique est engagée dans une course contre la montre pour combattre la crise historique dans le secteur du transport aérien à cause de la pandémie de COVID-19.

Les différentes organisations de l’écosystème de l’aviation ont jusqu’à présent fait preuve d’une certaine résilience, de sorte que beaucoup de progrès ont été accomplis pour faire redémarrer l’activité sur le continent.

La COVID-19 est un défi mondial réclamant des solutions mondiales, et une solidarité et une collaboration à l’échelon international.

L’évolution du virus est imprévisible, d’où la nécessité d’une approche coordonnée des États africains en vue du redressement durable du secteur du transport aérien.

Nous, les soussignés, prions donc instamment les décideurs des différentes instances d’envisager les étapes suivantes pour le redémarrage et la reprise durables du secteur du transport aérien en Afrique :

  1. Harmonisation des protocoles de voyage
    Un dialogue constant et dans la durée est nécessaire entre les Gouvernements africains, les autorités de l’aviation civile, les acteurs du secteur du tourisme et des voyages, les associations du transport aérien et les autres acteurs clé aux fins de la mise en œuvre de protocoles sanitaires et de voyage harmonisés, adoptés à l’échelon international, permettant le rétablissement de la confiance nécessaire en vue de voyages en avion sûrs, simples et fluides dans la nouvelle donne.
  2. Accessibilité des possibilités de dépistage de la COVID-19
    Les États africains sont encouragés à mettre à la disposition de tous les voyageurs en avion des modalités de dépistage de la COVID-19 qui soient universelles, accessibles et abordables, c’est-à-dire des possibilités de test PCR ou de tests antigéniques rapides.
  3. Réduction du coût élevé des tests PCR en Afrique
    Il existe un besoin de faire baisser le coût élevé du dépistage, sachant que les tests PCR coûtent très cher dans certains pays africains. Les États africains sont aussi invités instamment, quand c’est possible, à avoir recours à d’autres protocoles de dépistage pour les voyages utilisant les tests antigéniques de diagnostic rapide, qui sont plus économiques.
  4. Accélération des campagnes de vaccination en Afrique
    Les vaccins, combinés au dépistage et aux mesures sanitaires actuellement en place, sont le moyen le plus efficace de sortir de la pandémie. Il est donc vital d’accélérer équitablement le déploiement des vaccins en Afrique, avec pour objectif premier de parvenir à l’immunité collective ou à un niveau de vaccination propre à bloquer la propagation du virus au sein de la population.
  5. Levée des restrictions prohibitives sur les voyages
    Les États africains sont encouragés à envisager des mesures en vue de la levée des restrictions prohibitives sur les voyages sous forme de quarantaine pour les voyageurs complètement vaccinés et ceux ayant un résultat de dépistage négatif. À court terme, les quarantaines seraient applicables uniquement aux voyageurs en provenance de zones déterminées à très forte incidence du virus, réexaminées régulièrement en coordination avec les autorités sanitaires nationales et internationales.
  6. Adoption de « pass » sanitaires numériques interopérables mondialement
    Les États africains sont encouragés en outre à adopter, sous une forme ou une autre, des « pass » ou certificats sanitaires numériques interopérables mondialement, approuvés par l’Organisation mondiale de la Santé, qui seront bien intégrés aux procédures de dépistage et de voyage des différents acteurs du secteur du transport aérien. 

LIENS UTILES