ANGOCHAGUA
ECUADOR
ANGOCHAGUA
ECUADOR
ANGOCHAGUA
ECUADOR

ANGOCHAGUA

ECUADOR

2022

Contact

Angochagua – Imbabura – ECUADOR

gadangochagua.gob.ec

Collaboration étroite entre hôtes et visiteurs

Le village d’Angochagua est un territoire diversifié qui vise à préserver le patrimoine ancestral du peuple Caranqui, ainsi que sa langue maternelle quichua, sa vision du monde, ses pratiques de plantes médicinales et sa cuisine traditionnelle à base de grains et de céréales endémiques.

Angochagua fait partie du géoparc mondial d’Imbabura, le premier et le seul site de l’UNESCO de ce type en Équateur. Ceci est le résultat de la conservation et de la gestion durable et holistique du territoire géologique unique, qui comprend une grande diversité naturelle et culturelle.

Le tourisme expérientiel est une part essentielle de l’offre touristique à Angochagua. Les visiteurs prennent part à des activités rurales typiques telles que traire ou nourrir de petits animaux comme les cobayes et les poulets, préparer des plats locaux ou créer des objets d’artisanat comme la poterie. Ces activités renforcent le lien entre les visiteurs et les hôtes et motivent les entrepreneurs du tourisme à créer de nouveaux produits authentiques et durables.

Angochagua a prioritisé la valorisation de son patrimoine culturel, notamment à travers l’artisanat. La broderie à la main est un art traditionnel avec une histoire qui s’étend sur plus de 150 ans. Les tissus sont magnifiquement ornés de fils textiles colorés par les mains habiles des femmes qui créent leurs propres motifs inspirés de la nature. Une autre démonstration de l’artisanat traditionnel à Angochagua est la poterie. Suivant une technique datant de l’ère précolombienne, la céramique est fabriquée à partir de l’argile pour créer des pots et autres ustensiles. Ces objets artisanaux constituent une source alternative de revenus pour les habitants et un moyen de sauver et de renforcer les traditions culturelles.

La cuisine traditionnelle d’Angochagua est un témoignage du riche patrimoine culturel de ce village. La Ruta del Borrego Asado ou « Route de la chèvre rôtie» encourage la production locale, l’utilisation de produits andins, ainsi que les méthodes de préparation authentiques comme un moyen de générer des opportunités de travail et de préserver la culture locale.

HIGHLIGHTS

-

Organisation communautaire

Le processus d’organisation communautaire prend en considération la participation de tous les acteurs à la prise de décision. Pour faciliter ceci, des assemblées communautaires sont organisées sous forme de forum où chacun peut exprimer ses idées et ses observations. Des assemblées se tiennent ainsi périodiquement où s’échangent des propositions, des sujets de motivation et de nouvelles idées.

Sur la base de ces discussions, des ateliers, des tables intersectorielles et d’autres espaces multipartites se constituent pour élaborer des stratégies en faveur d’un tourisme durable. 

-

Autonomiser les entrepreneurs

Au total, 80 entrepreneurs touristiques ont été formés par le gouvernement municipal d’Angochagua. Le programme de formation est un effort de collaboration entre les gouvernements municipaux et provinciaux, les universités et les entreprises locales.

La formation s’adresse aux entrepreneurs du village sur des thèmes tels que la gastronomie, la manipulation des aliments, la biosécurité, la comptabilité et la tarification de base, le service client et l’orientation touristique, pour n’en nommer que quelques-uns.

-

Conservation et gestion des ressources naturelles

La commune de Zuleta fait partie du réseau « Socio Bosque », une initiative qui conserve le paramo andin grâce à des incitations économiques. Les forêts et les landes sont activement surveillées et protégées par 40 gardes communautaires et 6 gardes de parc.

De plus, des programmes de reboisement dont l’objectif est de protéger plusieurs espèces indigènes sont mis en oeuvre à Angochagua. Pour y parvenir, une pépinière d’espèces indigènes a été développée qui a une capacité de production de 50 000 plants. Les sources d’eau sont conservées avec des plans de gestion de micro-bassins. Ces processus engagent ensemble des acteurs gouvernementaux tels que le ministère de l’Environnement et le gouvernement provincial, ainsi que des acteurs du système financier et de la communauté locale.

Lire la vidéo